Itinéraire sacré au Pied du Jura

La région du Pied du Jura recèle de nombreux sites naturels ou historiques dont menhirs, sources, chapelles, et autres. Certains de ces hauts-lieux ont été décrits et étudiés par des historiens, bien sûr, mais aussi par des géobiologistes, car ils émanent une énergie particulière, tantôt apaisante, tantôt vivifiante.

2007-itsa-PieduJu-5-Orbe-eau

Comme décrit dans le guide “Itinéraire sacré au Pied du Jura”, il est possible de parcourir cette région à la façon du pèlerin, en marchant d’un site sacré au suivant. Une merveilleuse façon de découvrir la région tout en s’immergeant dans le calme et la beauté de la nature.

Au printemps 2019, La Trace Bleue vous propose d’ailleurs un week-end de 2 jours de randonnée dans un des secteurs les plus riches de cet itinéraire, entre Orbe et L’Isle. Nous passerons notamment par la fameuse chapelle de Montcherand, l’abbatiale romane de Romainmôtier, La Pierre pendue, le Cromlech de La Praz, les Gorges de l’Orbe ou la fraîche source de la Venoge. Une marche dans un rythme qui vous permettra d’admirer votre environnement et ponctuée de quelques animations de contemplation.

Un bon week-end de détente en perspective!

Advertisements

Sur la Via Francigena

Depuis dimanche 23 septembre, nous cheminons sur l’itinéraire historique de la Via Francigena à travers la Toscane centrale.

Après la vallée de l’Arno, nous avons maintenant gagné les collines de la région de Sienne où nous traversons des paysages à couper le souffle. Un groupe jovial, un itinéraire splendide et des animations enrichissantes : c’est ainsi sur La Trace Bleue !

La VIA FRANCIGENA, c’est quoi?

La Via Francigena est un itinéraire de pèlerinage qui, depuis le Moyen-âge, conduit les pèlerins venant d’Europe occidentale et centrale vers le tombeau de l’apôtre Saint Pierre à Rome. Bien que fréquenté auparavant, il devint plus couru dès l’an 1041 lorsque le nouvel évêque de Canterbury, Sigéric, se rendit à Rome pour aller chercher sa crosse. Lors de son retour, il tint un carnet de route dans lequel il décrivit son voyage, ses étapes. C’est une histoire qui ressemble passablement à celle de Godesalc, l’évêque du Puy-en-Velay qui se rendit à Saint-Jacques-de-Compostelle en 941 et ouvrit ainsi les portes de cette contrée aux pèlerins.

Donc, dès l’an mil, des foules de pèlerins se rendirent à Rome ou à Saint-Jacques-de-Compostelle pour adorer les reliques des saints apôtres, Pierre au sud et Jacques le Majeur à l’ouest. Certains passaient de Rome à Saint-Jacques-de-Compostelle, ou inversement, ou se rendaient encore en d’autres lieux sacrés : Rocamadour, Einsiedeln, Assisi et d’autres site où se trouvaient d’autres reliques. Ceux qui le pouvaient se rendaient à Jérusalem, mais ce voyage-là était, et est encore, nettement plus long et périlleux.

vf-10Santhia-web

Sur la Via Francigena, dans la Plaine du Pô

En partant de Suisse, Rome est la destination la plus proche, à environ 1000 kilomètres ; alors que Saint-Jacques-de-Compostelle se trouve à environ 2000 kilomètres. N’oublions pas que jusqu’au vingtième siècle, les pèlerins qui arrivaient à leur destination n’avaient effectué que la moitié de leur chemin, car ils devaient encore rentrer à pieds !

Comme la via Jacobi qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Francigena vécut un âge d’or entre le XIe et le XIVe siècle. Les guerres de religion et l’arrivée du protestantisme qui interdisait le culte des reliques eurent raison de ce genre de pratique. Les foules se réduisirent à quelques individus pendant plusieurs siècles.

Aujourd’hui, alors que les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle sont de plus en plus fréquentés, les routes menant à Rome se développent. De plus en plus de pèlerins se rendent vers la ville éternelle, la plupart après être déjà allés à Saint-Jacques-de-Compostelle et souhaitant vivre une expérience similaire. Dans la superbe ville de Viterbo, près de Rome, environ mille pèlerins ont été accueilli en 2008, et environ deux mille étaient attendus en 2009, soit environ 200 fois moins qu’à Saint-Jacques-de-Compostelle ! Beaucoup d’énergie a été mise au développement des différents itinéraires, à l’ouverture de refuges pour pèlerins ou à l’accueil en général. La Via Francigena est donc « ouverte » mais encore assez peu fréquentée.

Je l’ai parcouru en pèlerin en 2009 de Romont, en Suisse, à Rome. Puis y suis retourné en guidant un groupe depuis St-Maurice en 2015. En 2018, nous traverserons une partie de la Toscane sur cet itinéraire splendide, départ demain le 22 septembre avec La Trace Bleue!

Prenez contact avec La Trace Bleue si une randonnée sur la Via Francigena vous intéresse dans le futur.

Autres adresses internet sur le sujet:

http://francigena-international.org/fr_FR/

http://www.viefrancigene.org/en/

Sentiers sacrés du Jura

Le week-end dernier, nous avons été marcher dans le Jura, en passant par des sites particulièrement intéressants. Au départ de Moutier, nous avons passé par la charmante Chapelle de Chalière, située sur le chemin de liaison pour Compostelle entre Bâle et Payerne, puis avons passé par les Gorges de la Chalière, un univers enchanteur qu’on croirait habité de fées et de génies des forêts. Nous avons ensuite passé les crêtes de la montagne de Moutier avant de descendre sur le joli village de Soulce.

Le deuxième jour nous a emmené sur la montagne de Soulce, un pâturage superbe où des pins tortueux donnent de l’ombre aux pèlerins comme aux buissons d’aubépine. Dans l’après-midi, nous avons rejoint Châtillon et son chêne extraordinaire, un arbre dont le seul fait de l’approcher en conscience vous fait frémir. Une rencontre inoubliable.

Merci à toutes les participantes!

This slideshow requires JavaScript.