La VIA FRANCIGENA, c’est quoi?

La Via Francigena est un itinéraire de pèlerinage qui, depuis le Moyen-âge, conduit les pèlerins venant d’Europe occidentale et centrale vers le tombeau de l’apôtre Saint Pierre à Rome. Bien que fréquenté auparavant, il devint plus couru dès l’an 1041 lorsque le nouvel évêque de Canterbury, Sigéric, se rendit à Rome pour aller chercher sa crosse. Lors de son retour, il tint un carnet de route dans lequel il décrivit son voyage, ses étapes. C’est une histoire qui ressemble passablement à celle de Godesalc, l’évêque du Puy-en-Velay qui se rendit à Saint-Jacques-de-Compostelle en 941 et ouvrit ainsi les portes de cette contrée aux pèlerins.

Donc, dès l’an mil, des foules de pèlerins se rendirent à Rome ou à Saint-Jacques-de-Compostelle pour adorer les reliques des saints apôtres, Pierre au sud et Jacques le Majeur à l’ouest. Certains passaient de Rome à Saint-Jacques-de-Compostelle, ou inversement, ou se rendaient encore en d’autres lieux sacrés : Rocamadour, Einsiedeln, Assisi et d’autres site où se trouvaient d’autres reliques. Ceux qui le pouvaient se rendaient à Jérusalem, mais ce voyage-là était, et est encore, nettement plus long et périlleux.

vf-10Santhia-web

Sur la Via Francigena, dans la Plaine du Pô

En partant de Suisse, Rome est la destination la plus proche, à environ 1000 kilomètres ; alors que Saint-Jacques-de-Compostelle se trouve à environ 2000 kilomètres. N’oublions pas que jusqu’au vingtième siècle, les pèlerins qui arrivaient à leur destination n’avaient effectué que la moitié de leur chemin, car ils devaient encore rentrer à pieds !

Comme la via Jacobi qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Francigena vécut un âge d’or entre le XIe et le XIVe siècle. Les guerres de religion et l’arrivée du protestantisme qui interdisait le culte des reliques eurent raison de ce genre de pratique. Les foules se réduisirent à quelques individus pendant plusieurs siècles.

Aujourd’hui, alors que les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle sont de plus en plus fréquentés, les routes menant à Rome se développent. De plus en plus de pèlerins se rendent vers la ville éternelle, la plupart après être déjà allés à Saint-Jacques-de-Compostelle et souhaitant vivre une expérience similaire. Dans la superbe ville de Viterbo, près de Rome, environ mille pèlerins ont été accueilli en 2008, et environ deux mille étaient attendus en 2009, soit environ 200 fois moins qu’à Saint-Jacques-de-Compostelle ! Beaucoup d’énergie a été mise au développement des différents itinéraires, à l’ouverture de refuges pour pèlerins ou à l’accueil en général. La Via Francigena est donc « ouverte » mais encore assez peu fréquentée.

Je l’ai parcouru en pèlerin en 2009 de Romont, en Suisse, à Rome. Puis y suis retourné en guidant un groupe depuis St-Maurice en 2015. En 2018, nous traverserons une partie de la Toscane sur cet itinéraire splendide, départ demain le 22 septembre avec La Trace Bleue!

Prenez contact avec La Trace Bleue si une randonnée sur la Via Francigena vous intéresse dans le futur.

Autres adresses internet sur le sujet:

http://francigena-international.org/fr_FR/

http://www.viefrancigene.org/en/

Advertisements

One thought on “La VIA FRANCIGENA, c’est quoi?

  1. Pingback: Sur la Via Francigena | Bastian dessine

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s